Site de l'académie de Guadeloupe

Accueil > Vie pédagogique > CDI > CoupS de Coeur ! > Running man

Running man

dimanche 9 février 2014





Running Man


Stephen KING alias Richards BACKMAN

Éditions : Albin Michel S.A (1982), 1988 pour la traduction française


Un roman disponible au CDI


« J’ai peur, dit-elle. J’ai si peur…
Ils ne vous feront rien. Il y a trop de monde. On ne tue pas les otages quand il y a des témoins. C’est la règle du jeu. Allez, madame Williams, l’encouragea t-il sur un ton doucement moqueur. Le monde a les yeux fixés sur vous.
Elle se pencha dehors.
Derrière eux, six voitures de police et un autre véhicule blindé étaient arrivés, bloquant leur ligne de retraite.
La seule issue, c’est droit vers le ciel, se dit Richards avec philosophie. »

2025.
La dictature s’est installée aux États-Unis, polluant à l’extrême est divisant la population en deux. Son outils de puissance, le Libertel, télévision installée dans chaque foyer et diffusant les Jeux. D’un côté le peuple encourage, de l’autre il fournit la chair à canon en échange d’un revenu sur le temps tenu dans l’arène. Ben Richards est un de ceux-là. Il est le père démuni d’une fille mourante, volontaire à La Grande Traque, le Jeux de 30 jours auquel personne n’a jamais survécu. Lâché dans la nature face aux Chasseurs et à une population aisée sans pitié, il fera tout pour changer le cours des choses. Mais que peut faire un homme traqué, blessé et haï lorsque tout est fait pour le voir tomber ?

Mon avis :
Je possède un avis mitigé sur ce livre :
Tout d’abord j’apprécie ce livre (que j’ai lu d’une seule traite) car il nous fait entrer dans son monde. C’est en fait un condensé d’actions qui ne laisse aucun répit. L’intrigue est très bien menée de manière à ce que le lecteur ne se doute jamais de ce qui va réellement se passer. le suspens est terrifiant.
Par ailleurs l’écriture n’est pas assez fouillée à mon goût et mérite bien un peu plus de détails lors des grands moments de ce livre (ce qui ne manque pas dans d’autres œuvres de Stephen KING, dans Le Fléau par exemple). De plus, bien que la société dans le livre a recours à la prostitution et à la pornographie pour survivre, je trouve que la tendance de l’auteur à faire allusion au sexe et au "gore", alors que ces détails ne sont pas justifiés, nuit à la qualité de ce roman.
Il reste néanmoins à mon avis, un roman à lire, très divertissant et plein de rebondissements dont on n’en perd pas une seule miette.

Hugo BRET, élève de 2nd 1


Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

Contact | | Plan du site | Mentions légales | Suivre la vie du site RSS 2.0 | Haut de page | SPIP | ScolaSPIP
LPO Charles COEFFIN (académie de Guadeloupe)
Webmestre : Mme Gros-Désormeaux Henry     Responsable éditorial : Mr Rousset     Administrateur réseau : Mr Surinon